Tuesday, June 11, 2013

Cotopaxi and Chimborazo


EN: I finished this week the first part of the planned expeditions in South America. I went to Cotopaxi on 8 June and made an attempt the next morning on 9 June. I failed. The entire weekend was cold, windy and with precipitations: everything got covered in ice within a few hours. I was with a guide and a 62 year old Japanese (who had been on Aconcagua 30 years ago) but despite his training, he felt tired at 5200m and we ALL had to turn back. I was disappointed but it's part of the game. No one made it to the summit that morning. One group with a guide named Milton used a lot of energy and went to 5700m. Two groups didn't even bother leave the hut with these conditions.
I liked the fact Milton pushed hard with his 2 clients and so I hired him to climb Chimborazo (photo with sunlight). We went to the 5000m refuge and slept only 4 hours and left at 00.30am. At 5500m we crossed the other teams who were going back due to high winds. At 4 am, we reached 5924m and we decided not to go for the summit although the weather was not so cold with no precipitations. I was feeling very tired, no problem with the head/altitude but just felt I had not enough energy for the summit and go back down safely. My mind and body would have made the summit by 7 am or so, in normal times but my body would have collapsed going down putting the life of Milton and me in a death or helicopter rescue situation. It will be for another year. I'm happy of the experience, the decision and to beat my record altitude. Also I heard the success rate of Chimborazo is below 20%. On Everest we are above 30% and perhaps around 50% in the past 10 years. It's my last week in Quito, I will travel south and hope to be in Peru by 21 of June.

FR: J'ai terminé cette semaine la première partie des expéditions planifiées en Amérique du sud. Je suis arrivé au refuge du Cotopaxi le 8 Juin et fait une tentative le 9 Juin. Je n'ai pas réussi. Toute le weekend il a fait froid, venteux et avec des précipitations: tout se recouvrait de glace en quelques heures. J'étais avec un guide et un Japonais de 62 ans (qui avait fait l'Aconcagua il y a 30 ans) mais malgré son entraînement, il se sentait trop fatigué et à 5200m nous avons tous fait demi-tour. J'étais déçu mais cela fait parti du jeu. Personne n'a atteinte le sommet ce jour là. Un groupe guidé par Milton était épuisé mais à réussi à atteindre 5700m. Deux groupes ont décidé de rester au refuge et de ne rien tenter vu les conditions mauvaises.
J'ai apprécié que le guide Milton pousse bien haut avec ces 2 clients et donc je l'ai engagé pour gravir le Chimborazo (photo à la tombée du jour avec belle lumière). Nous sommes arrivés au refuge à 5000m et n'avons dormis que 4 heures et nous sommes partis à minuit trente. Vers 5500m nous avons croisé les autres équipes qui faisaient demi-tour vu la force du vent. Vers 4h, nous atteignions 5924m et décidions d'abandonner le sommet bien qu'il ne faisaient pas si froid et qu'il faisait sec. J''étais épuisé, pas de mal de tête dû à l'altitude mais je sentais mes forces partir et je savais qu'il était possible d'atteindre le sommet mentalement et physiquement, mais je n'aurais jamais eu assez de forces pour redescendre et j'aurais mis la vie de Milton et moi-même en danger de mort ou nous aurions eu besoin d'un hélicoptère pour nous sauver. Ce sera donc pour une autre année. Je suis satisfait de l'expérience, de la décision et d'avoir battu mon record d'altitude. J'ai entendu que le taux de succès du Chimborazo est au dessous des 20%. Sur l'Everest on est au dessus de 30% et peut-être 50% sur la dernière décade. C'est ma dernière semaine à Quito, je vais voyager vers le sud et probablement arriver au Pérou autour du 21 Juin.

Post a Comment